a project by
AGORA
a project by
AGORA
a project by
AGORA
a project by
AGORA
a project by
AGORA

Histoire

Belval au fil du temps

Embarquez pour un voyage à travers les dernières décennies. La frise chronologique ci-dessous vous présente les chapitres connus et moins connus du Belval d’hier et d’aujourd’hui. Chaque clic sur une date dévoile l’étape de développement correspondante: de la légendaire forêt au lieu de vie actuel, en passant par le site industriel en activité.

  • Vers 1850: La zone récréative située entre Belvaux et Esch est particulièrement appréciée et pleine de mystère. La forêt «Escher Bësch», également appelée bois du «Clair-Chêne», qui relie les deux cités, est le théâtre de nombreuses légendes.

  • Joseph Steichen, conseiller à la Cour supérieure de justice à Luxembourg, découvre à Belval une source d‘eau minérale d’une qualité exceptionnelle. Cette eau devenue célèbre pour ses vertus curatives est mise en bouteille et commercialisée à partir de 1893. Elle rencontre un franc succès non seulement au sein du Grand-Duché, mais également en Belgique et aux Pays-Bas; sa production atteint un nombre record de plus de 30 000 bouteilles dès la première année.

  • La forêt Escher Bësch est défrichée pour faire place à une usine sidérurgique alors à la pointe de la modernité. Le site comprenant hauts-fourneaux, aciérie et usine de laminage prend en charge toutes les phases de production de l’acier, du minerai de fer au produit fini. En 1913, plus de 3 000 travailleurs produisent au total 400 000 tonnes de fonte, 360 000 tonnes d’acier et 297 000 tonnes de produits laminés.

  • Le 30 avril, Jean Monnet, l’un des pères fondateurs de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, procède à la première coulée européenne symbolique à Belval.

  • L’aciérie est complètement transformée et modernisée jusqu’en 1979. Les six anciens hauts-fourneaux sont démolis et remplacés par trois nouveaux affichant des capacités de production supérieures.

  • Peu à peu, les trois hauts-fourneaux sont mis à l’arrêt. Leur successeur est un four électrique qui n’est plus alimenté en minerai de fer mais en ferraille.

  • L’un des trois derniers hauts-fourneaux est vendu au groupe sidérurgique chinois Kisco. Pendant cinq mois, 240 travailleurs chinois démontent plus de 10 000 tonnes d’acier, numérotent et emballent chaque pièce, pour ensuite reconstruire le colosse, durant 20 autres mois, sur son nouveau site de Kunming, dans la province du Yunnan.

  • L’ère de la production sidérurgique à Belval-Ouest touche à sa fin. Avec une ultime coulée symbolique, le dernier haut-fourneau encore en activité est mis à l’arrêt. La réflexion sur la reconversion future de l’ancien site de 120 hectares est engagée.

  • L’État luxembourgeois et le groupe sidérurgique Arbed (aujourd’hui ArcelorMittal) fondent ensemble la société de développement Agora. Sa mission est de planifier et de réaliser un quartier urbain moderne et dynamique sur l’ancien site industriel de Belval.

  • Conjointement avec le Ministère de l’Intérieur, Agora lance un concours d’urbanisme pour l'élaboration d’un Masterplan qui servira de fondement au développement du nouveau quartier urbain. Le concours est remporté par le cabinet d’architecte Jo Coenen & Co. de Maastricht (aujourd'hui représenté par le bureau Mars), conjointement avec le cabinet d’architecte paysagiste Lubbers de 's-Hertogenbosch (aujourd’hui représenté par le bureau Elyps).

  • Création du Fonds Belval. En tant qu’établissement public le Fonds est chargé de la réalisation de la « Cité des Sciences, de la Recherche et de l’Innovation », c’est-à-dire de la mise en œuvre du programme immobilier d’investissement public à Belval.

    En juin, le festival Steel Works réunit plus de 10 000 personnes à Belval. Sont présents, entre autres, Nina Hagen et le groupe Indochine.

  • Inauguration de la Rockhal, la plus grande salle de concert du Luxembourg.

    Avec le transfert du Centre de Recherche «Gabriel Lippmann», les premiers scientifiques arrivent à Belval.

  • Pendant près d’un siècle le site industriel n’était pas accessible au public. Aujourd’hui, plus de 1 000 visiteurs sont présents pour la réouverture officielle de Belval. Fin 2006, le nouveau symbole de Belval, le bâtiment rouge de la Dexia (aujourd'hui BIL), est inauguré. 1 400 employés de la RBC Dexia Investor Services (aujourd'hui RBC Investor Services) emménagent dans la première partie du bâtiment.

  • L’ancienne Halle des Soufflantes devient le théâtre de l’exposition «All we need», dans le cadre du programme de Capitale européenne de la Culture du Luxembourg et de la Grande Région.

  •        Ouverture du centre Belvalplaza I qui propose des logements, des commerces, des cafés, des restaurants et un complexe cinématographique de 1 500 places. En dépit de longues files d'attente, des milliers de visiteurs se pressent pour assister à l'inauguration.

  • Les premiers habitants de Belval Nord sont accueillis avec une sympathique fête des voisins. Parallèlement, la construction de la «Maison du Savoir», le bâtiment central du futur campus universitaire, est officiellement lancée.

  • Inauguration de la nouvelle gare «Belval-Université», qui remplace l’ancien arrêt «Belval-Usines». Dorénavant. 

    En automne, ouverture de la seconde partie du centre multifonction Belvalplaza II, qui propose des appartements, des boutiques, des restaurants et un supermarché. 

  • Le premier bâtiment du nouveau campus universitaire, la «Maison de la Biomédecine», est inauguré à l’occasion du premier colloque luxembourgeois de biomédecine. Plus de 70 employés de l'Institut de Recherche en biotechnologie y travaillent.

    Par ailleurs: l’hôtel Ibis ouvre ses portes. Et le lycée Bel-Val est inauguré en septembre, à l’occasion de la rentrée scolaire.

   

Back to top (press enter)Forward to page footer (press enter)